Khor Virap

Avant d’atteindre la capitale, nous faisons un petit arrêt à Pokr Vedi pour une visite du monastère Khor Virap.

Il est déjà tard, nous nous réservons la visite pour le lendemain. On trouve un petit coin plat et un peu à l’écart pour le bivouac. Seulement, nous sommes juste à côté de la frontière turque. Nous avons à peine le temps de couper le moteur qu’un militaire vient nous rendre visite. Bien entendu, il ne parle pas anglais. Nous arrivons à lui mimer que l’on souhaite dormir là. Il prend nos passeports, les photographie avant de repartir. La nuit se passe sans soucis, si ce n’est les renards ou coyotes qui hurlent à mort.

Le lendemain, notre bonhomme, en civil vient nous faire un petit coucou. Visiblement, il veut savoir si la nuit s’est bien passée.

Nous rejoignons le parking du monastère. Un type nous saute dessus pour nous réclamer de l’argent. Simon refuse de payer, il va se garer dix mètres plus loin, dans le bas-côté.

On prétend que c’est à Khor Virap que le roi Trdat III a emprisonné Saint Grégoire pendant environ douze ans. Comme les pèlerins, nous descendons l’échelle métallique qui amène au prétendu cachot du saint. Le roi est ensuite tombé subitement malade. C’est Saint Grégoire qui l’a guéri. C’est ainsi que le roi a demandé aux Arméniens de se convertir au christianisme et que Saint Grégoire est devenu le premier Chatolicos de l’église apostolique arménienne.

Nous sommes dimanche, nous assistons à un bout de messe dans l’église. Elle est bondée ! Nous marchons ensuite vers une croix géante, le point de vue sur les vignes est très joli.

Nous redescendons pour prendre la route vers Yerevan.

2 thoughts on “Khor Virap

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.