Qu’est ce qu’on mange ? Volume 6

Il faut être honnête. On a tout simplement adoré la cuisine iranienne. Autant chez les gens qui nous ont accueilli que dans les restaurants.

On commence par le pain. On en trouve différentes sortes, selon les régions, mais aussi selon le repas proposé.

Nous avons goûté le sangak. Il est cuit directement sur des pierres. Le boulanger enfourne donc la pâte sur des cailloux. Lorsqu’il est cuit, le pain est déposé sur une grille. Les cailloux tombent au travers des mailles.

Nous avons bien apprécié le barbari. Il s’agit d’un pain ovale, assez long et un peu épais. Il est strié. Au petit-déjeuner, on prend une “rayure” que l’on ouvre en deux pour y mettre du beurre ou du fromage.

Assez proche de ce qu’on avait goûté dans les “Stan”, on trouve le taftan. Un pain rond, assez épais. Dans certaines boulangeries, on l’a vu cuire dans des fours comme au Kirghizstan. Le pain étant collé contre la paroie du four. Mais on a aussi vu des fours qui semblent moins traditionnels, le pain est posé sur une énorme plaque tournante. Quand il a fait un tour, il est cuit. On a aussi vu ce type de four utilisé pour cuire des pizzas.

Simon a complètement craqué un matin. Il est revenu avec un sac énorme, plein de bouts de pain très sec avec des herbes. Ça va faire un mois et nous n’en sommes toujours pas venus à bout !

Dans le même genre, j’ai aussi trouvé d’immenses pains très fins. Ils étaient moelleux quand je les ai acheté mais sont très vite devenus durs.

Et pour finir, celui que l’on a qualifié de pain “papier bulle”, le lavash. La plupart du temps, on l’a mangé avec des brochettes de viande.

Passons maintenant au vif du sujet. Dans la famille qui nous a accueilli à Mashhad, nous avons goûté le Ash. Il s’agit d’une soupe à base d’épinards. Les recettes varient selon les envies. On en a goûté avec des nouilles, avec des oignons frits, etc.

Nous avons également goûté du poulet accompagné de riz et de sauce à la grenade. Le riz est cuit d’une manière particulière, le tadigh. Le riz est mélangé à de l’oeuf puis grillé. De cette manière, une couche croustillante se forme. C’est vraiment excellent. J’ai tenté de le reproduire dans le camping-car, sans réel succès.

À l’anniversaire de Mathis, nous avons découvert le dizzy. Il s’agit d’une soupe de mouton et légumes servie dans un pot en terre cuite. Avec un pilon, on écrase le contenu du pot pour ne verser que la soupe dans un bol. Le reste de viande et légumes forme une sorte de pâte que l’on déguste avec du pain

Plusieurs fois, nous avons mangé des kebab. Il s’agit en fait de brochettes de viandes. Elles sont déclinées avec différents types de viande : mouton, bœuf ou poulet. Encore une fois, elles sont servies avec du riz.

Lorsque nous étions à Ispahan. Nous nous sommes régalés dans la famille qui nous a accueilli. Nous avons de nouveau mangé du ash sous différentes formes. Mais nous avons également pu tester le kashk bademjoon, une sorte de caviar d’aubergines au fromage (en fait, du petit lait fermenté).

Nous n’avons pas eu l’occasion de manger beaucoup de poisson. Mais encore à Ispahan, nous nous sommes régalés d’un plat de poisson et légumes.

Et pour terminer sur la spécialité d’Ispahan. Le beryouni, un plat de viande de mouton ou d’agneau hachée puis cuite dans une petite poêle spéciale de forme ovale sur le feu. Il se mange avec du lavash.

Pour nos différents petits-déjeuners, on nous a servi de l’omelette. Mais à la mode iranienne, avec des oignons et tomates revenues dans l’huile. Bien entendu avec du pain !

Toujours au petit-déjeuner, on n’a pas trop accroché au halim. Une sorte de bouillie gluante avec du poulet émincé.

Question fromage puisque nous sommes absolument incapables de nous en passer. Nous avons retrouvé les fromages très secs, pressés à la main que nous avions découvert au Kirghizistan. Sur le marché, nous avons trouvé du fromage à la menthe. C’est assez particulier …

Nous avons aussi dégusté un fromage frais. Il est servi au petit-déjeuner. Il n’est pas très goûtu, mais avec du miel ça passe bien !

Dans la dernière famille qui nous a accueilli, nous avons eu droit à un fromage assez fort. Impossible de déterminer s’il s’agit de vache ou de chèvre. Il faut être honnête, il sent la bouse …

Pour ce qui est du sucré, nous n’avons pas eu trop l’occasion (l’envie ?) de tester. Nous avons tout de même bien apprécié la glace au safran.

Nous pensions trouver de très bons agrumes. Pourtant nous avons été un peu déçus. Nous avons quand même découvert le citron doux, à mi chemin entre la clémentine et le citron.

Et pour finir, la partie boissons. On a été gâtés ! Que du sans alcool (ou presque). Mathis s’est délecté de dough, du lait fermenté, gazeux ou pas, à la menthe. Les premières gorgées sont surprenantes, mais à la longue, on s’y fait.

Nous avons testé différentes bières sans alcool. Aromatisées ou pas, on ne fait pas de distinction, c’est pas terrible.

Tout comme nous avons des caves à vin, les Iraniens ont des magasins d’eaux. Les rayons sont remplis de toutes sortes d’eaux de fruits ou de fleurs. On nous a offert une bouteille d’eau de rose. Je m’en servirai peut-être pour parfumer mes gâteaux !

Est ce que j’ai déjà dit qu’on avait adoré la cuisine iranienne ? 😉

3 thoughts on “Qu’est ce qu’on mange ? Volume 6

    1. Sauf que dans les familles où l’on s’est fait inviter, j’ai voulu donner un coup de main pour préparer à manger et donc apprendre les recettes. Mais ça m’a systématiquement été refusé …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.