Chakhrisabz – La ville

Sur les conseils d’une copine d’Etienne, nous faisons une halte à Chakhrisabz, la ville natale de Tamerlan. Elle nous met en contact avec une famille dont la mère parle français. Cette dernière accepte de nous accueillir.

Nous arrivons le soir. Yulduz n’est pas là. C’est donc son mari et sa fille Zabona qui nous accueillent. Zabona parle très bien anglais. Elle a 17 ans et voudrait devenir guide touristique. Alors elle prend plaisir à nous expliquer ce qu’elle connaît sur son pays et sa culture. Elle joue aussi beaucoup avec Hanaé, parties de cache-cache ou colin-maillard dans le salon. Hanaé se force à parler anglais et elle y arrive plutôt bien (elle répète assez facilement ce que je lui souffle à l’oreille).

Pour le repas, nous avons droit au traditionnel plov (qui s’appelle ici palov les jours de fête). Nous portons aussi plusieurs toasts arrosés de “vino”. C’est un vin fabriqué à Chakhrisabz. En fait c’est plutôt du vinaigre doux …

Zabona nous montre notre chambre. Nous avons droit à un très grand lit. Les enfants dorment par terre. Enfin, Mathis passe sa nuit à monter dans notre lit puis à redescendre dans le sien. Pas très reposant !

Le lendemain, Yulduz est rentrée. On a droit à un petit-déjeuner d’ogres. Zabona pense pouvoir être dispensée d’école pour pouvoir nous guider dans la ville. Malheureusement, le lycée appelle, elle doit y aller. Tant pis, on se guidera nous même !

Un petit rappel d’histoire. Tamerlan est le héro national de l’Ouzbékistan. C’est un grand guerrier qui a conquis une grande partie de l’Asie centrale et occidentale. C’est le fondateur de la dynastie des Timourides.

Lors de ses conquêtes, il a massacré la totalité des habitants des villes sur son passage. Cependant, il a épargné les artisans qu’il a envoyés à Samarkand. C’est pourquoi Samarkand est une ville aussi riche en monuments.

La maison de Yulduz se trouve juste à côté de la mosquée Kok-Gumbaz. Nous commençons donc pas en faire le tour. L’entrée est payante, nous poursuivons notre chemin. L’allée bien droite et toute propre nous mène au complexe Khazrati-Imam. C’est là que se trouve la crypte de Tamerlan. La pièce est vide à l’exception d’un unique sarcophage avec des inscriptions biographiques relatives à Tamerlan. Lors de la découverte de la crypte en 1963, ces inscriptions ont conduit à penser qu’elle était destinée à Tamerlan. Le sarcophage contient deux corps non identifiés.

On reprend la belle allée qui se prolonge jusqu’aux vestige de l’imposant Palais d’été de Tamerlan. Projet très ambitieux puisqu’il aura fallu 24 ans pour le construire.

Nous sommes assez contents de voir qu’il n’y a pas eu de travaux de restauration. Ça donne un aperçu un peu plus authentique que tous les monuments que l’on a vus à Samarkand.

Nous rejoignons ensuite Yulduz à son atelier. Il est situé dans l’ancien caravansérail. Un très beau bâtiment avec quatre entrées. C’est ici qu’elle expose des œuvres artisanales.

2 thoughts on “Chakhrisabz – La ville

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.