Parc national de Hardangervidda

Nous roulons toute la journée sous le soleil. Nous nous arrêtons pour patauger dans une cascade. Nous voyons de très beaux paysages.

Mais la route est longue, je n’ai qu’une seule envie : qu’on arrive au bivouac et que les enfants puissent se défouler ! Nous quittons la route principale. Il y a douze kilomètres de « piste ». Ça ne se fait pas trop mal, il ne faut juste pas croiser d’autre véhicule.

On arrive au bout. Un parking, plein de voitures et camping-cars. Pas vraiment notre bivouac de rêve. On tourne un peu histoire de trouver un coin un peu isolé. Finalement, on revient sur nos pas de quelques mètres et on trouve un coin un peu plus peinard. On va tâter la température de l’eau : froide bien entendu ! On rentre au bivouac. Le temps de monter la tente, les nuages se font plus noirs. Le temps de « cuisiner », la pluie de met à tomber. Repli stratégique sous la tente pour le dîner, pas ce qu’on fait de plus pratique … Les enfants se couchent, la pluie s’arrête ! On profite d’un petit arc en ciel avant d’aller au lit.

Au réveil, il fait beau, presque chaud. On suit un sentier de randonnée, on bifurque, les enfants veulent jouer dans une « flaque de neige ». L’occasion de faire une mini bataille de boules de neige et quelques glissades. On n’a pas pris les gants, alors forcément, Mathis râle, il veut de la neige chaude ! Hanaé a beau lui expliquer que de la neige chaude c’est ni plus ni moins que de l’eau, il n’en démord pas. On retourne jusqu’à la voiture. On mange sous le soleil mais aussi avec les moustiques !

On reprend notre route de la veille. On marque un premier arrêt at la cascade de Vøringfossen, une chute d’eau de 183 mètres (l’attraction touristique la plus visitée en Norvège).

On s’arrête un peu plus loin, sur la route de Kjeåsen. Il s’agit d’une ferme en altitude. La route qui y mène passe par un tunnel. Il est étroit au point d’imposer une circulation alternée. À heure fixe, on monte, à la demie, on descend. On a bien calculé puisqu’on n’a qu’un quart d’heure à attendre. Juste le temps du goûter ! En haut, on est un poil déçus. C’est beau, mais pas non plus sensationnel. Il y a une rando qui monte, on se dit que c’est plutôt le chemin qui doit être intéressant, plus que la ferme en elle même … On profite quand même de notre demie-heure en haut. Puis on redescend. On roule un peu avant de s’arrêter sur une plage. On se baigne dans le fjord. Enfin, les enfants arrivent à peine à y mettre les pieds. J’y vais jusqu’au menton. Simon, en bon normand, y plonge la tête !

On prend la route de Bergen. Il nous reste pas mal de bornes … On trouve par hasard un bivouac « pas trop mal ». On met un réveil pour arriver tôt à Bergen !

One thought on “Parc national de Hardangervidda

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.