Forteresse de Gremi & Monastère de Nekressi

Nous passons la nuit à Gremi. Sur le parking de la citadelle, on trouve des toilettes avec une prise électrique. On en profite pour brancher le camping-car, ce qui nous permet non seulement de charger la batterie mais en plus de passer la nuit au chaud. Nous avons un petit radiateur électrique, ça nous évite de consommer du gaz !

Le lendemain, nous visitons la citadelle. Gremi a été la capitale de la Kakheti au XVIe siècle. Nous montons jusqu’aux ruines de la citadelle. Il reste une église, à l’intérieur de très jolies fresques. La gardienne donne du pain aux enfants (c’est pas comme si on sortait de table …). On passe devant le cellier (il y a vraiment des qvevri partout !). On redescend pour atteindre le site archéologique. On passe par le caravansérail et ce qui étaient probablement des bains. Des panneaux nous indiquent que l’on n’est plus qu’à 4000 km de Bruxelles !

Nous partons ensuite vers le monastère de Nekressi. Il est perché sur une colline au dessus de la vallée de l’Alazani, au pied de la chaîne du Daguestan. Initialement, c’était un temple du feu zoroastrien. Lorsque le pays a été converti au christianisme, le roi Trdat a remplacé le temple par l’une des toutes premières églises Géorgiennes.

L’un des pères syriens, Abinos a vécu dans ce monastère et a passé sa vie à convertir les montagnards. Il a été tué par les zoroastriens après avoir tiré de l’eau dans un temple du feu.

Lors des invasions musulmanes, on raconte que les géorgiens ont lancé des porcs vers les soldats iraniens, ce qui a permis de disperser l’armée et a sauvé Nekressi. C’est alors que le porc a été déclaré protecteur de Nekressi, l’église de la Vierge est la seule en Géorgie où l’on sacrifie des cochons.

Il y a une petite marche d’un kilomètre et demi pour l’atteindre. Pas très long, mais ça grimpe raide. Difficile de motiver Hanaé. C’est sous les plaintes incessantes que nous arrivons au sommet. Manque de chance, tout est fermé. Nous ne voyons donc aucune des églises ! Par contre, on peut visiter le cellier avec ses qvevri et bac de foulage 🙂

Nous apprécions tout de même la vue sur la vallée. On distingue quelques parcelles de vigne.

Pour la descente, Hanaé râle beaucoup moins et Mathis ne rechigne pas non plus à marcher !

Nous retournons à notre bivouac avec électricité. On prend goût au luxe :p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.