Les portes de l’enfer

Après avoir bien profité du calme de notre bivouac, nous reprenons la route.

Il n’y a pas grand chose à voir au Turkménistan. Mais à côté de la route, il y a ce cratère de feu. On fait le crochet pour voir ça de nos propres yeux.

Du temps de l’URSS, les russes espérant trouver du pétrole dans le désert ont installé une plateforme de forage ainsi qu’un camp à proximité. Les opérations de forage ont relevé une importante poche de gaz. Satisfaits de cette découverte, ils ont donc commencer à le stocker. Seulement, le sol s’est dérobé créant un cratère et emportant le matériel de forage ainsi que le camp. Heureusement, aucune victime n’a été faite. Cependant, de fortes quantité de méthane se sont dégagées. De peur que des gaz toxiques ne s’en dégagent, les scientifiques ont décidé d’y mettre le feu.

C’est ainsi que depuis plus de quarante ans, le feu brûle toujours !

On y arrive en fin d’après-midi. Mais c’est dans la soirée que c’est le plus beau à voir. Quand il fait noir, sous un ciel étoilé, on a un feu de cheminée géant à côté de nous !

On bivouaque à côté. Pas trop près histoire de ne pas inhaler trop de gaz. Mais juste assez pour bénéficier du chauffage “naturel” et ne pas avoir à brûler notre propre gaz !

Dans la soirée, Jean-Jacques, un baroudeur à moto frappe à la porte du camping-car. Il nous explique qu’il est parti en même temps que nous mais dans le sens inverse. Arrivé en Géorgie, il est passé par la Russie et le Kazakhstan. Il se dirige maintenant vers l’Iran puis le Pakistan et l’Inde. Comme nous, son visa a été prolongé à la frontière. Il va donc prendre un peu plus son temps ici.

De notre côté, nous reprenons la route après le petit-déjeuner vers Achgabat.

5 thoughts on “Les portes de l’enfer

  1. Dingo cette histoire et fabuleuses ces images ! Bah nous on a les feux de joie (ou les voitures brûlées) des gilets jaunes en France… 🙁
    On vous envoie plein de bisous !!!

  2. Incroyable ce cratère. On a du mal à imaginer comment ça a pu arriver. En tout cas ça valait la peine de s’arrêter et de photographier.
    Ah oui, seulement ça? Nous, on peut presque multiplier par presque 50.

  3. Hello,
    encore de magnifiques photos!!!! Je vais rattraper mon retard pour les déguster. Pratique ce chauffage en bord de route, mais petit gaspillage… Pour le prix du carburant et oui certains pays producteurs ont un prix symbolique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.