Istarawshan

Pour construire la route entre Khodjent et Dushanbe, le gouvernement Tadjik a emprunté de l’argent à la Chine. Pour la rentabiliser, elle est donc payante. La gestion des péages a été confiée à l’agence IRS (Innovative Road Solution). Visiblement, cette agence n’est pas très nette … Toujours est-il que nous n’avons que 12$ en poche. On essaye donc d’éviter ces fameux péages. Pour le premier, on tente un chemin dans un village. Perdu, c’est un cul-de-sac. On fait une autre tentative. Cette fois c’est gagné. On ne fait pas un gros détour et on roule assez bien jusqu’à la route principale.

Pour le second péage, c’est un peu plus chaotique. On se retrouve sur un chemin qui n’est probablement emprunté que par des tracteurs. Il est rempli d’ornières et on a un peu l’impression de prendre des montagnes Russes. Mais finalement, on retrouve la route principale sans payer.

On arrive à Istarawshan en fin d’après-midi. Tout juste le temps de visiter la citadelle. Le bâtiment, tout juste rénové sonne faux. À l’intérieur, il y a un théâtre romain.

Nous passons la nuit au pied de la citadelle. Depuis la camping-car, nous pouvons entendre les animaux du zoo. Un zoo qui fait particulièrement pitié. Les animaux sont enfermés dans de tous petits contenaire 🙁

Le lendemain, c’est sous la pluie que nous visitons la ville. Nous commençons par un tour dans la vieille ville. Elle abrite la magnifique mosquée Hazrat-i-Shah. Nous ne trouvons pas la mosquée Hauz-i-Sangin. Nous continuons donc vers le bazar. Encore une fois, le bâtiment est impressionnant. Nous prenons un petit escalier qui nous emmène dans les coulisses du bazar. En haut, il y a des fours à pain. Nous sommes invités à entrer dans une des boulangeries. On se fait offrir un pain, on en achète trois de plus. Ils sont juste excellents, tout chaud, juste sortis du four !

On trouve un resto à chachlik. On en avait mangé pendant les Nomad Games, mais on n’en a jamais repris. Il y a deux sortes. Les brochettes avec alternance de viande et de gras. Et celles avec une sorte de viande hachée. Le tout accompagné d’une salade d’oignons crus. À la table derrière nous, des vieux se versent de la vodka discrètement dans leur thé !

On a besoin d’un câble USB pour charger le téléphone. On trouve le coin “technologie” du marché. Un vendeur nous demande ce qu’on cherche. Il prend un câble sur le stand de son voisin : “c’est cadeau !”.

Et puis c’est le retour au camping-car, sous la pluie et les hurlements de Mathis … On a pas mal de route jusqu’à Dushanbe !

4 thoughts on “Istarawshan

  1. Magnifique cette citadelle et aussi quel beauté que le mobilier.
    Pas toujours facile, mais au moins vous trouvez toujours quelqu’un pour vous aider.
    Bonne continuation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.