Jirgalan

Nous roulons maintenant vers l’est. Nous nous éloignons du lac pour atteindre Jirgalan, petit village niché dans les montagnes.

À notre arrivée, nous filons tout droit vers le parc à jeux. Ça fait très longtemps que les enfants n’en ont pas vu un. Hanaé se fait un parcours de motricité, elle entraîne Mathis avec elle : poutre, sauts, escalade, etc. Très complet !

Après le déjeuner, nous partons marcher à l’aveuglette. Au bout du chemin, nous rencontrons un couple de Singapour, en lune de miel depuis le mois de juillet et jusqu’en décembre ! Ils voyagent en sac à dos et on recueilli un petit chat. Trop mignon, il les suit partout.

Tout à coup, Simon aperçoit un ours, en train de déguster une carcasse de cheval. On est tous très impressionnés. Ses pattes sont un peu maigres mais du reste, il fait bien peur ! Le temps de faire quelques prises de vue au drone, il s’est éloigné. Nous nous approchons de la carcasse, il ne reste pas grand chose. Et puis nous le revoyons un peu plus loin. Il s’avère que c’est en fait un chien sauvage. Il est bien gros, n’a pas l’air bien sympathique, et nous fait un poil peur. On se dépêche de reprendre notre route. Quelques minutes plus tard, on croise un berger. Derrière lui, ses chiens, dont celui qui nous semblait être sauvage … On se fait des idées des fois 😉

Le soir, nous trouvons un point de bivouac dans le village. Nous sommes juste en face d’une ferme. Le propriétaire invite d’abord Simon à boire le thé. Il revient un peu plus tard avec des beignets de pomme de terre. Pendant le repas, on frappe à la porte. C’est encore notre bonhomme qui veut qu’on vienne chez lui. Simon commence à descendre, mais il nous fait bien comprendre qu’il ne veut pas que Simon vienne seul. Je suis en train de coucher Mathis, pas très pratique. Alors Simon prend Hanaé sous le bras, ils partent tous les deux. Finalement, ils auront droit à un bol de soupe et des bonbons !

Le lendemain, on part pour une petite rando. Il y a une cascade. Pas un gros dénivelé, pas trop long. Hanaé se motive bien pour marcher. Ça fait plaisir !

Sur le chemin, on croise une sorte de scierie qui semble à l’abandon. Un peu plus loin, une mine de charbon complètement à l’abandon. C’est devenu un dépotoir ! On trouve aussi un peu de neige. Juste assez pour faire une petite bataille. Et puis finalement, on arrive à la cascade !

Le temps de prendre le pique-nique, un gros groupe de randonneurs arrive. On remballe et on redescend.

Il est assez tôt. On retourne vers le lac Issyk-Kul, on prend la route sud. On roule jusqu’à Jeti-Oguz.

2 thoughts on “Jirgalan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.