Karakol – Ses marchés

Après les jeux nomades, nous décidons de prendre la route nord du lac Issyk-Kul en direction de Karakol. Il y a un marché aux bestiaux. Simon et Hanaé ont déjà en tête d’y acheter un cheval et un poney.

Ça ne nous était pas arrivé depuis longtemps, mais nous sommes contraints de mettre un réveil. Le marché débute dans la nuit et tout est terminé à 10h. Nous nous extrayons péniblement du lit pour y être à 7h. Sur place, difficile de circuler entre les bêtes et les humains. Chaque espèce a son espace. On commence donc par les moutons, puis les vaches et enfin les chevaux. Après avoir acheté leur cheval, les nouveaux propriétaires peuvent le faire ferrer directement au marché. Ça a tout simplement fasciné Hanaé !

Nous avons réussi à nous renseigner sur les prix :

  • chèvre : entre 30 et 60€
  • mouton : 50€
  • génisse : 180€
  • veau : 250€
  • vache (laitière) : 700€
  • cheval : entre 600 et 1000€

Aucun point de comparaison avec la France, puisque nous n’avons aucune idée des tarifs. Par contre, on sait qu’ici le salaire moyen journalier est d’environ 6$. On arrive mieux à imaginer combien de temps il faut pour s’acheter du bétail.

À côté du marché aux bestiaux, on trouve un marché à la voiture d’occasion. On trouve un camion Iveco, double cabine. Parfait à aménager pour remplacer le camping-car. Mais il est encore un peu cher. Et surtout, c’est un véhicule qui arrive d’Allemagne, alors on imagine bien qu’il ne répond sans doute plus aux normes en France ! Par contre, le vendeur cherche des véhicules pas chers en France. On va donc pouvoir se lancer dans du trafic dès notre retour 😉

Pour finir notre journée des marchés, on se rend au bazar. Il est tout simplement immense ! Bien organisé, on a plaisir à errer dans les allées. Par contre, je n’arrive pas à entrer dans le bâtiment réservé à la viande. L’odeur est juste infecte. Hanaé en ressort toute contente d’y avoir vu une demie-tête de vache et des pieds de cochon … On traverse une allée dans laquelle les vendeuses tentent de nous alpaguer. Elles cuisinent de l’ashlyanfu, une soupe de nouilles froide et épicée. Simon craque à l’heure du goûter.

Nous avons presque fait le tour de tous les marchés !

4 thoughts on “Karakol – Ses marchés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.