Premiers jours au Kirghizistan

C’est avec les Chapronsbougent que nous passons cette nouvelle frontière. Le douanier que nous avons rencontré la veille nous a conseillé de nous présenter à 7h pour passer à 8h. Personne n’a très envie de mettre le réveil de bonne heure un dimanche matin. Alors nous prenons notre temps pour nous préparer. Et on a raison, il nous faut environ 30min pour passer du Kazakhstan au Kirghizistan !

Toujours le même rituel quand on arrive dans un nouveau pays : tirer de l’argent et trouver une carte SIM. Pour une fois, c’est chose facile. MasterCard a dû comprendre qu’on voyageait et notre carte n’est pas bloquée ! Simon prend une carte SIM dans la boutique à côté du distributeur. Il est content, il paye 20 som (~0,25€) pour 4Go. Il s’avère au final qu’il ne s’agit que de la carte et il nous faut recharger du crédit rapidement … on n’a d’ailleurs toujours pas compris combien de data on a !

Toutes ces bonnes choses faites, nous nous dirigeons vers Cholpon-Ata pour assister aux jeux nomades. Un peu à l’image des jeux olympiques, il s’agit de réunir les peuples “nomades” de tous les pays du monde qui s’affrontent dans différents sports traditionnels.

Sur la route, un panneau nous fait bifurquer vers l’ethno village Kyrchyn. Nous perdons les Chapronsbougent mais nous trouvons un site extrêmement majestueux. Un village entier de yourtes au milieu des montagnes. Il s’agit d’un second site pour les jeux. Renseignements pris, on peut y voir des spectacles mais aussi des tournois sportifs : tir à l’arc (à cheval), courses d’aigle, courses de chiens, etc.

 

On y rencontre Marvin et Amaia, un couple de suisses qui voyage à moto. Ils sont en route pour Singapour. Ils sont déjà passés par le Tadjikistan et nous donnent pas mal d’infos. On a beaucoup de plaisir à discuter avec eux et les enfants sont très communicants aussi ! (En particulier Mathis qui s’invite pour le petit-déjeuner avec eux …). Et puis les Chapronsbougent nous retrouvent également. Ils sont allés jusqu’à Cholpon-Ata, mais préfèrent le calme du village !

On passe trois jours dans ce village sans se lâsser. On fait plusieurs fois le tour de l’ethno bazar, un marché artisanal très varié. On arrive à ne pas craquer sur tout ce qui nous intéresse, on se dit qu’on peut trouver moins cher ailleurs.

 

On s’extasie devant les yourtes. Aussi bien décorées à l’intérieur qu’à l’extérieur.

 

Les gens sont costumés, on traverse différentes époques.

 

Difficile de trouver une place correcte, mais nous arrivons à voir quelques spectacles.

 

Et pour finir, nos papilles sont en éveil devant les gamelles énormes en préparation auprès des yourtes. On se fait offrir du bouillon deux fois sur 100 m de distance. La seconde de fois, c’est presque à l’entonnoir qu’on doit l’avaler 🙂

 

Le dernier soir, le chef de la police vient nous expliquer que la tente de notre voisin (ambassadeur) a été visitée la nuit précédente. Il propose de nous mettre en lieu sûr. Nous sommes donc déplacés à l’intérieur même du site du festival. Simon s’arrange pour récupérer le numéro de téléphone et la photo du chef de la police. On ne sait jamais … Nous passons la nuit sous bonne garde puisque quatre militaires surveillent les alentours ! Pas très intime quand il s’agit d’aller aux toilettes dehors …

Le lendemain, nous partons de bonne heure pour l’hippodrome de Cholpon-Ata. Nous trouvons dans problème une place juste en face de l’entrée : royal !

Ici on peut voir toute sortes de sports à cheval : lutte, courses, Kok Boru …

C’est lors d’un match de Kok Boru que l’on rencontre Aï et Maïté. Aï est kirghiz. À contre-coeur, elle a quitté son pays pour la France à l’âge de 13 ans. Ça fait maintenant 13 ans qu’elle y vit. Elles nous proposent de passer la soirée ensemble. On passe un très bon moment à échanger. Elle nous explique un tas de choses sur son pays d’origine. C’est très instructif mais aussi très touchant. On sent qu’elle tient au Kirghizistan, même si elle a construit une autre vie en France.

Nous décidons de passer une seconde journée à l’hippodrome. Cette fois on va vers le gymnase où se déroulent plusieurs formes de lutte : judo, sumo, etc. Devant un match de judo, Hanaé m’avoue qu’elle n’a pas envie d’en faire, parce qu’elle aurait trop peur de perdre !

 

Le soir, nous retrouvons les Chapronsbougent pour un bivouac au bord du lac. Nous arrivons trop tard, dommage, on se garde la baignade pour demain !

5 thoughts on “Premiers jours au Kirghizistan

  1. Très joli reportage photos. Une impression de partage générationnel ressort de vos photos. Est ce la réalité au quotidien ? est ce que les anciens vieillissent chez leurs enfants ?

  2. Bonjour nous sommes les choupis en balade on c’est croiser aujourd’hui à osh désoler ne pas avoir eu la possibilité de se voir, nous sommes en compagnie d’une autre famille française qui est en camping car nous allons traverser la Chine ensemble dans quelques jours. Bon voyage. A bientôt peut-être.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.