Passage vers le Kazakhstan

Il est déjà tard, mais Simon sort quand même se faire manger par les moustiques. Il veut faire la vidange. Le bouchon lui résiste. C’est raté pour ce soir.

Avant de se coucher, on se met un réveil. Même si on est assez détendus concernant le passage de la frontière, on a quand même encore deux heures de route.

On arrive à la frontière un peu après 10h. Il y a cinq voitures devant nous. Simon essaie de prendre une assurance, mais nous n’avons plus de liquide et les cabanes ne prennent pas la carte. Tant pis, on en prendra une au Kazakhstan. La file avance. Nous allons au contrôle des passeports, tout se passe bien. Finalement, pas de problème suite à notre non-enregistrement. Un douanier fait le tour du camping-car. Et nous voilà sortis de Russie. Il est 10h25 !

Pour entrer au Kazakhstan, pas besoin de visa. On a juste une carte d’immigration à remplir ainsi qu’un permis d’importation temporaire du véhicule. Il n’y a pas non plus d’enregistrement à faire. Par contre, il est bien conseillé de s’assurer que les deux tampons sont apposés sur la carte d’immigration avant de sortir. De ce côté, pas de problème. J’ai juste du mal à comprendre ce que le douanier me dit, tellement de mal qu’il finit par l’écrire : COLOR du véhicule !

Puis un douanier passe au contrôle du camping-car. En fait, il nous demande juste d’ouvrir la porte, jette un coup d’œil et nous invite à remonter dedans pour quitter la frontière.

Il est 11h30. C’est le passage de frontière le plus rapide que l’on ait eu jusqu’à présent. Ça fait plaisir !

On roule jusqu’à la ville la plus proche : Shemonaikha. Il nous faut tirer de l’argent. Nous avions prévenu n26 la veille, mais peine perdue, la carte est bloquée quand on essaie de tirer de l’argent. Par hasard, devant un salon de coiffure, on tombe sur du wifi gratuit. Seulement, en France, il est 7h. Et le service client chat n’ouvre qu’à 9h. Il nous reste donc un peu de temps …

On déjeune donc tranquillement. Un enfant semble intéressé par le camping-car. Il parle un peu anglais. Il nous explique qu’il a 10 ans, qu’il est russe et qu’il est en vacances ici. Hanaé s’empresse de finir son repas pour pouvoir jouer avec lui. Elle lui offre une carte de Paris signée de sa propre main. Mais elle, elle revient avec des barrettes, une glace, du jus de fruit, des bonbons, un bracelet, un collier et une bague …

Pendant ce temps, Simon se bat avec n26. Difficile de comprendre pourquoi, il se fait jeter plusieurs fois de la file d’attente. Quand enfin il réussit à avoir quelqu’un, on lui annonce 1h15 d’attente pour que la carte soit débloquée ! On attendra uniquement 20 min, c’est suffisant. Nous voilà riches ! Notre premier achat : une carte SIM.

On repart en ville, on trouve un garage. Simon explique le problème, le garagiste nous fait entrer. Il arrive à faire sauter le bouchon, la vidange est faite. Au moment de payer, il refuse. Ça lui a fait plaisir de nous rendre service. C’est super sympa !

Contents de nous, on reprend la route. On fait un petit arrêt à une source. Le temps de remplir le réservoir et de se laver. On se fait accoster par un bonhomme visiblement bien arrosé … Il nous tient la grappe un moment. On ne comprend pas bien ce qu’il nous veut. Par contre il semble épaté par le camping-car ! On arrive finalement à lui faire comprendre qu’on veut repartir. D’ailleurs sa femme dans leur voiture a l’air de s’impatienter ! On se trouve un petit coin de bivouac auprès d’une petite rivière. On n’est dérangés que par le bruit des vaches dans l’étable voisine. Hanaé et Simon fabriquent un arc 🙂

Le matin, on se rend compte qu’on a complètement oublié de prendre une assurance. On se rend donc à Öskemen. Après avoir un peu tourné, Simon finit par trouver sur internet. Ça prend un peu de temps, vu que la fille cherchait un Ford Chauvel comme modèle de véhicule. On ne sait pas bien contre quoi on est couvert, mais au moins, si on se fait contrôler, on est assurés ! Ça nous coûte 30€ pour vingt jours.

Et puis on se fait un petit tour de marché. On est contents de trouver sans problème fruits et légumes. On se fait aussi un petit plaisir en se prenant quelques bières. Hanaé déclare manger le “meilleur goûter qui soit”, une glace à l’italienne à la fraise (nous, on n’est pas du même avis, la glace était plutôt mauvaise …).

On reprend la route vers le lac Sybinskiye.

2 thoughts on “Passage vers le Kazakhstan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.