Flaming cliffs

Direction Bayanzag pour observer les « Flaming Cliffs » au coucher du soleil. Il s’agit de falaises situées dans le nord-ouest du désert de Gobi.

Les falaises de Bayanzag ont été surnommées falaises de feu par le paléontologue Roy Chapman Andrews à cause de la teinte rouge vif des roches au soleil couchant. Il a découvert au 20ème siècle des gisements d’œufs et de squelettes de dinosaures fossilisés.

En chemin, nous nous arrêtons à Bulgan pour changer le second silentbloc qui commence à montrer des signes de fatigue. Simon trouve un petit atelier. Pendant ce temps, les enfants font l’admiration des gens du village et se partagent une glace.

Il faut environ une heure pour faire les réparations. Le guide annonce encore 30km de piste pour atteindre les falaises. Le GPS nous trouve une piste plus directe. Nous n’avons plus que 10km à parcourir. À l’arrivée, le parking est encore une fois blindé de minibus de touristes. Nous marchons sur les falaises. Ce n’est pas toujours très sûr (surtout avec Mathis qui fait contre-poids dans le porte-bébé). On se croirait dans une BD de Lucky Luke !

Difficile de descendre au pied des falaises avec les camping-car. Nous trouvons donc un bivouac juste en face. Depuis le lac Khövsgöl, nous transportons du bois pour faire un potentiel feu. C’est l’occasion. Simon met en application des connaissances scoutes pour nous faire un petit feu. Je prépare des brochettes de pomme de terre et poivron. Au final, le feu s’avère trop petit, les brochettes finiront leur cuisson au gaz. Cependant, on arrive quand même à cuire des pommes caramélisées et une tisane au feu de bois. Nous dégustons tout ça en admirant la tombée de la nuit sur les falaises.

Dans la nuit, le vent se lève. Le camping-car bouge énormément et le toit fait un raffut de tous les diables. On décide donc de bouger. Il est 1h du matin, on laisse les enfants dans leurs lits et on rejoint la piste pour faire quelques km. On trouve refuge auprès d’un camp de yourtes pour nous couper du vent.

Le matin, Hanaé est déçue en ouvrant son rideau, les falaises ont disparu ! Aujourd’hui nous reprenons la route vers Oulan-Bator. La sortie du désert se fait assez facilement. La route est bonne.

Nous nous arrêtons à moins de 100km de la capitale. Dans un champ, c’est l’heure de la traite des vaches. Nous partageons ce moment avec la famille installée là. Ils nous invitent dans la yourte. Il s’agit d’un couple qui semble assez âgé et de deux jeunes garçons. Personne ne parle anglais, difficile de se faire comprendre. On se voit offrir du « fromage », ça ressemble à de la vieille tomme, mais avec un arrière-goût extrêmement acide. On déguste du fromage blanc et des gâteaux bien plus classiques. Hanaé fait visiter le camping-car aux garçons. La grand-mère allume le poêle. Malgré toute notre attention, Mathis trébuche et se retient en posant le poignet dessus. Il a une jolie brûlure … C’est le moment de prendre congé de nos hôtes.

Simon tente d’allumer le chauffe-eau, impossible. En y regardant de plus près, il se trouve que le chauffe-eau est tout simplement tombé sur les câbles d’alimentation. À cause des vibrations de la route, lesdits câbles se retrouvent sectionnés. On n’a donc plus de chauffage ni d’eau chaude ! Reste à trouver des connecteurs ou dominos pour réparer tout ça avant l’hiver …

6 thoughts on “Flaming cliffs

  1. Belle rencontre encore. J’espère que Mathis va guérir assez vite.et que vous allez trouver ce qu’il faut pour réparer le chauffe-eau.
    La région où vous étiez semble assez touristique, non?

    1. Oui, les gens sont globalement très accueillants. Mathis ne semble pas souffrir de sa brûlure, il faut maintenant surtout faire attention à ce que ça cicatrise bien et que ça ne s’infecte pas.
      Très touristique oui. On croise beaucoup trop de français 🙂
      Ça reste quand même très vivable. On trouve des endroits encore assez isolés pour pouvoir dormir 😉

  2. Bonjour à vous tous
    Quelle épopée, tous ces enlisements, vous vous en sortez très bien, je ne suis pas certaine que j’aurais votre détermination… Bien que j’aurais avec moi un mécanicien hors pair !
    Bon rétablissement à Mathis dont la brûlure semble assez facilement guérissable en photo !
    Bravo pour toutes ces photos et ces reportages passionnants.
    Bises de nous trois
    Annie

    1. Détermination, il en faut oui. Cela dit, on n’a pas trop le choix quand on ne peut plus bouger, il faut bien se sortir de là 😉
      La brûlure de Mathis va déjà beaucoup mieux. Il est en train de cicatriser.

  3. Bonjour à vous tous,

    Quel beau voyage, déjà! Les paysages et les découvertes vont rêver et les enfants semblent super heureux d’être en voyage et ensemble.
    Merci de nous faire voyager avec vous. Votre blog est un rendez-vous très bienvenue quand on est dans la routine du bureau et derrière un ordinateur. Rien à voir!

    Bonne continuation!

    Julie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.