Le tatarstan

Situé dans le bassin de la Volga, il s’agit d’une république de la fédération de Russie. Le Tatarstan possède son propre président, sa constitution, sa propre langue. C’est un territoire qui se trouve à la croisée entre orthodoxes et musulmans. C’est pourquoi on y croise autant des églises que des mosquées.

On commence par d’arrêter sur l’île-cité de Sviiajsk. On peut y visiter des églises. Ici, on propose à l’entrée de grands draps en guise de jupes et de quoi se couvrir la tête. Même Hanaé s’y colle ! Il y a une exposition sur la vie au moyen-age. Mais on ne peut pas dire que ce soit très …… dynamique. Pour le goûter, on achète un pain fourré, on ne sait pas à quoi. On découvre du riz et du poisson. Ça ne gêne pas les enfants qui le dévorent. Hanaé se fait couler un thé avec de l’eau tirée d’une grande bouilloire à cheminée.

En repartant, Simon de rend compte que le camping-car perd de l’huile ! Il va donc passer la soirée sous le Bigorneau, à se faire manger par les moustiques …

Le lendemain, on s’arrête au temple de toutes les religions. Il s’agit de la réalisation d’un artiste russe qui a voulu créer un lieu de partage et de rencontres de toutes les religions. Une église orthodoxe, une église catholique, un temple protestant, une mosquée musulmane, une synagogue juive, un temple bouddhiste. L’idée de ce « temple universel » est de représenter toutes les religions. L’artiste est mort en 2013, laissant son œuvre inachevée. Des passionnés tentent de continuer ce chantier considérable !

On passe ensuite le reste de la journée à Kazan. C’est la capitale du Tatarstan. Une ville riche également de l’héritage laissé par la période soviétique. Les minarets des mosquées y font bon ménage avec les bulbes des églises orthodoxes.

Nous commençons par un resto qui est indiqué comme « familial ». À peine la porte franchie, on ne de sent pas très à l’aise. Ça semble plutôt chic … Les enfants sont un peu remuants. Pas facile d’attendre les plats. On teste la cuisine tatare, excellent. Hanaé reconnaît que c’est meilleur que les frites qu’elle réclamait 😉 On a l’occasion de goûter des champignons grillés, un pain fourré à la viande et une soupe de raviolis (accompagnée de sauce au fromage blanc). On essaie de sortir assez rapidement, Mathis ne tient pas en place …

On file vers le marché central. On prend des fruits et légumes. Les enfants se voient offrir une banane par la vendeuse, complètement gaga. On admire les étals de fruits secs. On repart avec beaucoup plus de choses que prévu.

On visite le musée de la vie soviétique. Une sorte de vieux grenier rempli d’une impressionnante collection d’objets du quotidien de l’ex-URSS qu’on découvre avec un fond sonore de musique pop soviétique. C’est un bric-à-brac vintage où l’on trouve de tout, que ce soit des outils de propagande, des portraits de Lénine ou de l’astronaute Gagarine, ou des souvenirs militaires. Ici c’est possible de tout toucher, on essaie même quelques déguisements.

On termine par la visite du Kremlin. La grande mosquée et l’église orthodoxe de l’Annonciation y sont voisines de quelques dizaines de mètres.

Pour finir en beauté. On passe un moment à Leroy Merlin. Simon y trouve de quoi réparer le chargeur allume-cigare du pc. Nous voici les heureux propriétaires d’un fer à souder au gaz (pas chargé en gaz) et d’un fer à souder électrique (globalement le même que les deux qu’on a déjà à la maison). Mais au moins, on pourra continuer à donner des nouvelles !

Leroy Merlin

5 thoughts on “Le tatarstan

  1. Trop chouette le bal costumé ! Je me suis bien marrée en voyant les photos, vous avez dû bien vous amuser. Plein de bises à vous 4 !

    1. Oui, c’est aussi pour ça qu’on a choisi ce musée. Parce qu’on savait qu’on pouvait toucher. C’est plus sympa pour les enfants 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.