Pamukkale

Puisque nous n’avons rien de mieux à faire qu’attendre, nous avons décidé de profiter encore un peu de la Turquie.

Les parents de Simon ont loué un van à Izmir (ils devaient nous suivre). Nous avons donc loué une voiture pour deux jours, pris un hôtel, et nous nous sommes rendus ensemble à Pamukkale.

Pamukkale c’est un des incontournables de la Turquie. Et on le comprend bien dès notre arrivée. Le « château de cotton » est une formation géologique étonnante et tient son origine des nombreuses sources chaudes des environs. Celles ci s’infiltrent dans la roche calcaire et s’enrichissent donc de de minéraux et aussi de CO2.  Par diverses réactions chimiques, le carbonate de calcium se dépose sur les reliefs de la colline. Après évaporation, celui-ci forme une couche solide et blanche. De nombreuses vasques formant des piscines naturelles se succèdent ainsi. Une fois remplies par les sources, elles débordent, ce qui crée ainsi des cascades pétrifiées avec ce même carbonate de calcium. Depuis le bas, avec la nuée de touristes, on a l’impression de voir une longue file de pingouins sur la banquise.

Après s’être acquitté du droit d’entrée (50 lira soit un peu moins de 8€), il est possible de marcher au milieu des bassins, à condition d’enlever ses chaussures. Nous arrivons tard et vu la foule, nous préférons nous promener dans la ville et visiter tôt le lendemain.

Nous faisons un tour de pédalo sur le lac au pied du site. Les débuts sont laborieux, pourtant on a mis aux commandes Annette et Léa, les seules qui sont sensées savoir naviguer ! Nous marchons ensuite en ville. On ne peut pas dire que ce soit des plus intéressant. Il y a là beaucoup de restaurants et boutiques souvenirs. Les enfants se font offrir une glace par un parfait inconnu !

Nous allons ensuite prendre procession de notre chambre d’hôtel (bah oui, il faut bien trouver à se loger … ). Pour 13€, nous avons une petite chambre avec juste la place de caser quatre lits. Mais le plus intéressant se trouve dans la salle de bain. Une énorme baignoire qui relève plus de la piscine ! Les robinets sont alimentés par la source naturelle « rouge ». Si le gars de l’hôtel ne nous avait pas prévenus, je pense qu’on ne se serait pas baignés. Même dans les toilettes, on a l’impression que la chasse d’eau n’a pas été tirée …

On rejoint Annette, Guy et Léa sur leur lieu de bivouac. Un petit coin presque plat. On passe une bonne soirée, même si les enfants sont fatigués et difficiles à gérer …

Le lendemain, nous prenons un bain avec les enfants. Ils sont trop contents de profiter de cette mini-piscine dans la chambre d’hôtel. Les grands-parents ont été réveillés par les vols de montgolfières. Il y en a une qui s’est posée juste à côté de leur van !

Après le petit-déjeuner, nous prenons la direction des sources. Au départ, la roche est un peu froide sous nos pieds. Et puis elle se réchauffe vite. Au premier bassin, les enfants ne tiennent plus. Il faut se mettre en maillot et se baigner ! Pour l’occasion, Hanaé se transforme en sirène. Mathis prétend qu’il marche sur du dentifrice. Effectivement, la vase au fond des bassins a vaguement la consistance du dentifrice ou de crème solaire qu’on n’aurait pas réussi à étaler 🙂

La montée est assez vite faite (quand on arrive à faire sortir les enfants de l’eau …). On arrive très rapidement sur le site de Hiérapolis. Il s’agit d’une cité antique fondée au IIe siècle avant JC. Elle s’est développée grâce à l’exploitation des sources thermales. Par la suite, les romains y ont construit de nombreux bâtiments. La ville était alors dédiée aux dieux Apollon et Pluton.

On passe devant la piscine de Cléopâtre qui s’y serait baignée une fois et aurait fait venir cette eau jusqu’à Rome, par convois. L’eau qui y coule est censée rajeunir et guérir de certaines maladies et infections. On ne teste pas. On préfère aller se poser un moment dans le théâtre.

C’est l’heure du déjeuner. On sait que la descente va être un peu longue. Cette fois, Simon et Guy se baignent avec les enfants. Il commence à y avoir vraiment beaucoup de monde. C’est le moment du fuir la foule.

Après avoir fait le tour des restos, on se pose pour déjeuner. Nous n’avons pas encore eu l’occasion de tester les gözlemes, c’est maintenant chose faite. Il s’agit d’une sorte de crêpe farcie, on prend la nôtre au fromage et épinards. On prend également un iskander kebab. Il s’agit de la même viande que le döner kebab sur laquelle on a versé du beurre. La viande est accompagnée de sauce tomate et de yaourt. Sous les tranches de viande, on trouve du pain pide coupé en tranches. Les enfants se partagent un toast (pain grillé farci de fromage) avec des frites. On termine par un café turc. On est un peu déçus … Il a vaguement un goût d’eau de javel :s

Il est malheureusement temps de reprendre la route vers Fethiye. Cette petite escapade nous a fait du bien, ça nous a permis de nous aérer et de penser un peu à autre chose !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.