Il faut songer à rentrer

On range une dernière fois la tente. On est à moins de quatre heures de route de Strasbourg. L’autoroute en Allemagne est toujours aussi pénible. Mais on arrive quand même rapidement en France.

On débarque chez Clé. Même s’il est encore en train de monter ses meubles, il nous accueille avec plaisir. On se promène un peu en ville. On savoure une vraie douche ! Un petit bonheur presque oublié. Soirée plus qu’agréable sous fond de tartes flambées et de bière. On dort dans des draps propres, confort digne d’un quatre étoiles !

Puisqu’on avait initialement commencé notre boucle à Illkirch, c’est aussi là qu’on la termine. On s’arrête voir Raphaël. Ce qui devait être juste un café se termine finalement en déjeuner. On savoure ce temps passé en famille.

Cyprien repart à l’école et Raf reprend le boulot. Nous remontons donc en voiture. Alors qu’on passe à côté de Mulhouse, je me dis que c’est dommage de ne pas s’arrêter à Guewenheim. Pourquoi ? Ulf, un ancien copain de promo y a repris la faïencerie de son oncle. Si on ne fait pas le crochet maintenant, on ne le fera jamais ! Direction donc la Faïencerie de la Doller. Ce n’est pas ouvert aujourd’hui, mais ça tombe bien, Ulf et Elodie prennent le temps de nous montrer leur atelier et leurs créations. On les sent tellement à l’aise, zen, « dans leur truc ». Une reconversion qui nous laisse rêveurs. Hanaé prend des photos de tout et n’importe quoi. Elle est très intéressée par le processus de création des poteries. Elle est aussi très fière de dire qu’elle aussi a fait un bougeoir au tour (manuel) quand on a visité la Turquie 🙂

On avait prévu de faire un arrêt rapide pour pouvoir arriver à la maison ce soir. Mais on n’a pas vu le temps passer. Et puisqu’on passe à proximité de Montbéliard, on appelle Tilus pour s’incruster chez eux !

Encore une fois, les copains répondent à l’appel. On passe une soirée bien sympa.

Et puis il faut se faire une raison. Il est temps de rentrer. Mais en chemin, on se dit qu’il faut aller jusqu’à Chambéry pour récupérer la carte grise du camping-car. Quitte à rouler, autant faire le détour maintenant. On s’arrête donc au garage. Les enfants veulent monter une dernière fois dans le Bigorneau. La mauvaise odeur qui y règne me fait mal au cœur. On en a pris soin pendant presque deux ans. On l’a choyé. Mais il est resté à l’abandon pendant presque quatre mois. Il a vraiment mal vieilli !

On roule sans interruption (ou presque) jusqu’à la maison. On se gare sur le parking. On coupe le contact. C’est officiel, on termine notre voyage le 28 août 2019 à 16h.

Il nous faut un peu de temps pour tout ranger, nettoyer (pas moins de quinze machines pleines à craquer), reprendre nos marques.

Les derniers jours de vacances sont consacrés globalement à du rangement. On trie ce qu’on garde, ce qu’on vent. On s’organise pour la rentrée. Rentrée qui arrive plus rapidement qu’on ne l’imaginait. Le cœur lourd, Simon ouvre la dernière bière de cette aventure. Il faut reprendre le chemin de l’école et du travail. Moment repoussé au mois de novembre pour moi. Ça me permet de souffler un peu !

4 thoughts on “Il faut songer à rentrer

  1. je vois que le retour pour vous n’a pas été facile non plus… en tous cas vous en aurez vu de belles choses:)
    bonne fin d’année à vous et si l’envie vous prend un de ces 4 de traverser un bout de France, on est en vendée;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.