Forges d’Engelsberg

Pour faire suite à la visite de la mine, on roule jusqu’à Angelsberg pour y visiter les forges. Il s’agit d’un ensemble de fonderie et de forges datant du XIVe siècle.

On amène ici le minerais de fer provenant de la mine de Norberg. Il est poussé vers le haut fourneau à l’aide d’une rampe et de wagons tirés par des chaînes actionnées par l’énergie hydraulique. Le minerai est ensuite broyé grâce à un concasseur fonctionnant grâce à une roue à aubes avant de rejoindre le fourneau à proprement parler. Dans le fourneau, on ajoute également du charbon de bois, qui a lui aussi une rampe dédiée et une traction par chaîne. Les températures élevées du fourneau sont permises grâce à l’utilisation d’une machine soufflante à trois cylindres, datant des années 1870 et activée par l’énergie hydraulique. Dans le fourneau, le fer s’enrichit en carbone, ce qui réduit sa température de fusion et permet donc l’obtention de fonte brute, qui s’écoule par une ouverture dans le creuset et se solidifie ensuite dans des moules. Cette fonte brute est pesée et peut alors être acheminée à la forge.

La fonte brute issue du haut fourneau doit être affinée. Ce travail se fait au niveau de la forge. La forge est aux abords de la rivière, et comprend une roue à aubes pour actionner la machine soufflante pour le four ainsi que deux martinets avec chacun leur roue à aubes dédiée. Ces derniers ont des fonctions différentes : le premier est utilisé pour le cinglage, tandis que le second sert au forgeage. Le cinglage est une opération qui intervient avant le forgeage. Elle permet d’extraire les scories du métal, ce sont des oxydes qui surnagent dans le métal en fusion. Ils peuvent être des déchets ou des coproduits. Le forgeage est l’opération qui consiste à donner une forme au métal.

Le site comprend un nombre important de bâtiments annexes préservés, montrant les différentes facettes de la vie autour des forges. Si certains des bâtiments sont directement liés à l’activité industrielle, telle que le poids public permettant de peser le charbon et le fer, d’autres sont liés à la vie dans la communauté, tel que l’auberge où les ouvriers pouvaient boire de l’alcool ou passer la nuit.

La visite est un peu longue (en suédois et en anglais), mais Hanaé est malgré tout très intéressée.

Après cette visite, nous prenons la direction de Stockholm.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.