Tbilissi

Nous arrivons dans la capitale géorgienne dans l’après-midi. Nous trouvons assez facilement une “place” pour poser le camping-car. Le long de la rue, il y a plein d’autres véhicules, c’est qu’on doit pouvoir se garer là …

Nous commençons par visiter la Basilique d’Antchiskhati. L’une des plus anciennes églises de Tbilissi. Elle était au départ dédiée à la Sainte Vierge. Cependant, elle a été renommée après que l’icône miraculeuse provenant du monastère d’Antcha y ait été transférée pour échapper à la menace ottomane. On ne voit pas cette fameuse icône puisqu’elle est au présent au musée des Beaux-Arts.

Nous montons ensuite voir la tour horloge. C’est une tour faite un peu de bric et de broc. Elle semble ne tenir que grâce à une grosse poutre métallique. Elle a été conçue par le marionnettiste Rezo Gabriadze, elle est rattachée à son théâtre. Toutes les heures, un ange apparaît à la fenêtre du haut pour sonner la cloche. Manque de chance, nous arrivons un quart d’heure trop tard. En attendant, nous nous promenons aux alentours.

Nous longeons le “vieux mur” de la ville. Nous visitons une galerie d’art. Nous passons devant diverses statues (notamment celle d’un allumeur de réverbère, on se demande si c’est celui du Petit Prince !).

Il est temps de retourner voir l’ange donner l’heure. Les enfants éclatent de rire en le voyant frapper sa cloche avec un petit marteau. Le spectacle n’est pas très long. Nous prenons encore le temps de nous promener avant que le soleil ne se couche.

Nous trouvons un bivouac “de ville”, c’est-à-dire un parking surveillé près d’un bâtiment administratif. Il a le mérite d’être en plein centre !

Pour notre second jour, il fait beau. Nous allons donc parcourir la ville à pieds (et en draisienne, ça faisait longtemps !). Nous commençons par passer le pont de la paix. Il date de 2010 et a pour ambition de relier le vieux et le nouveau Tbilissi. C’est un pont piéton qui enjambe le Mtkvari.

Nous atterrissons dans le parc Rike. De là, deux options. Soit on prend le télécabine pour monter à la citadelle, soit on monte à pieds. On veut profiter du beau temps, alors on opte pour la seconde option. Et on est assez contents, parce que nous traversons des endroits sympas.

Nous montons à l’église Meteki. Elle est pleine de monde, impossible d’y voir quoi que ce soit, mais le parc autour est très agréable. On traverse de nouveau le Mtkvari pour arriver dans le quartier Abanotubani, le quartier des bains de soufre. Il ne s’agit pas uniquement d’un quartier historique, les bains sont toujours ouverts et les gens continuent d’y venir pour se relaxer ou se soigner. On raconte qu’Alexandre Dumas venait s’y baigner. De petites coupoles de briques sortent de la terre. On se promène le long de la rivière, au bout, on trouve une cascade.

Et la promenade continue. On monte vers la forteresse Narikala. Il semble qu’elle existe depuis le IVe siècle. Elle se compose de deux enceintes fortifiées. On commence par visiter l’église Saint Nicolas qui a été reconstruite récemment. Puis on emprunte le chemin qui longe les murs d’enceinte. Il ne reste clairement pas grand chose de la citadelle … On rejoint l’arrivée du télécabine. On cherche quelque chose à manger. On devra se contenter d’un paquet de popcorn …

On reprend notre marche pour arriver jusqu’à la statue de la mère Géorgie. Elle ressemble énormément à la mère Arménie. Une statue de vingt mètres de haut, avec une énorme épée à la main !

Nous resdescendons pas un petit sentier. On ne se croirait pas en pleine ville. Suivant les conseils de Guillaume, nous faisons une pause goûter au Vino Underground. Pendant que les enfants bouquinent, nous nous offrons une petite dégustation de qvevri. Ils sont vraiment très différents de ce qu’on a goûté jusqu’à présent. On prend vraiment du plaisir à les déguster.

Tout le monde ayant repris des forces, nous visitons la cathédrale Saint Georges. L’intérieur y est doré et les peintures très colorées.

Nous terminons par la cathédrale de Sion qui est en sérieuse reconstruction. C’est ici que sont conservées les reliques de Sainte Nino.

Tout le monde a bien marché. Il est assez tard, nous n’avons pas envie de bouger, on laisse le camping-car une nuit de plus sur notre parking.

Pour notre dernière journée à Tbilissi, il ne fait pas très beau le matin. Nous hésitons entre les bains et le musée. Finalement, c’est le musée national qui l’emporte. On y voit une exposition assez bien faite sur la théorie de l’évolution, avec tout un tas de crânes qui intéressent bien Hanaé. Il y a aussi une salle avec un bon nombre d’animaux empaillés. La salle du trésor n’est pas hyper intéressante. La collection sur la Géorgie en elle même n’est pas très fournie. Par contre, on apprécie grandement l’étage sur la répression soviétique.

Quand on ressort, il fait beau. Nous passons devant le parlement et nous déjeunons dans un petit jardin. Puis nous montons jusqu’au funiculaire qui nous amène au Mont Mtatsminda.

Bonne surprise pour les enfants, il s’agit d’un parc d’attractions. On en fait le tour tranquillement. Rapidement, on se rend compte que Mathis ne va rien pouvoir faire (même pour un simple carrousel, il faut avoir quatre ans !). Les attractions accessibles à Hanaé ne sont pas fameuses … Finalement, on passe un bon moment tout de même. On s’offre une partie de hockey pneumatique en famille. On ne sait pas si c’est l’équipe Hanaé+Simon ou Angélique+Mathis qui gagne, la table ne compte pas bien les scores. Simon fait une petite course de voitures. Mathis de dégotte une voiture pas vraiment délirante. Et je fais un mini roller coaster avec Hanaé qui est franchement ravie.

Nous retournons rapidement au camping-car histoire de ne pas payer un supplément. On trouve un bivouac avec vue sur la “mer de Tbilissi”.

Ces quelques jours passés en ville nous ont bien plu. C’est une ville très agréable. Avec des espaces verts et des monuments sympas. Bref, on a bien aimé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.