Vallée d’Anzob et lac Iskanderkul

Nous reprenons la route vers le nord. Cette fois, nous prenons le tunnel de la mort de jour. Toujours aussi impressionnant. Par contre, cette fois, il fait beau. Nous profitons donc bien mieux du paysage !

Nous décidons de faire un détour par la vallée d’Anzob. Avant la construction du tunnel, il fallait emprunter cette route pour aller de Khodjent à Dushanbe. À présent le tunnel permet d’éviter ce détour, mais du coup, les huit villages le long de la route ont été complètement “oubliés”. Nous ne sommes pas déçus. La route est mauvaise mais la vue est magnifique. On a un peu l’impression de faire un bond dans le passé. Il semblerait que les habitants fassent du troc pour vivre ! Nous croisons des camionnettes chargées de sacs de farine, couvertures, etc. Bref tout ce que les habitants ne peuvent pas trouver sur place. On se demande comment ça se passe pour les soins. Qu’est ce qu’il arrive à quelqu’un qui se blesse ou tombe malade ?

Nous mettons ensuite le cap vers le lac Iskanderkul. Le lac tire son nom d’Alexandre le Grand qui y est passé lors de son expédition jusqu’aux Indes. Il existe deux légendes à ce propos. La première prétend qu’Alexandre le Grand a soumis une tribu en détournant une rivière formant ainsi le lac. La seconde raconte que Bucéphale, le cheval d’Alexandre le Grand, après avoir bu l’eau du lac s’est ensuite jeté dans ses eaux glacées. Désormais, il viendrait y paître à chaque pleine lune.

On ne croise pas de cheval, mais nous passons devant la maison du président. Deux pistes d’atterrissage pour les hélicoptères, rien que ça ! Nous prenons ensuite un petit chemin vers un bivouac au bord du lac. Ça faisait longtemps que l’on n’avait pas bivouaqué en pleine nature ! Il est encore tôt. Malgré le froid, on prend le temps de jouer un peu sur la plage. Hanaé et Simon font une tentative de pêche. Ce n’est encore pas ce soir qu’on va manger du poisson …

En repartant le lendemain matin, on repasse devant la maison du président. On se fait arrêter par un homme d’un certain âge qui fait du stop. Vu qu’il ne doit pas passer grand monde par ici, on le prend. On essaie de faire un peu de conversation avec lui. Difficile. On apprend quand même qu’il travaille à la maison du président. Mais on ne saura jamais ce qu’il y fait ! On le dépose sur le bord de la route principale.

Nous continuons vers Pendjakent. Il nous reste un peu de temps avant de passer la frontière. On décide donc de pousser vers les sept lacs dans la vallée de la rivière Shing. Alors que Simon s’arrête pour regarder le GPS, un auto-stoppeur monte dans le camping-car. Bon, on ne va pas avoir le choix alors … Encore une fois, difficile de discuter vu qu’il ne parle pas un mot d’anglais. Mais il arrive tout de même à nous faire comprendre qu’il nous invite chez lui pour manger. On accepte mais seulement pour boire le thé parce qu’on a quand même de la route. Finalement, on se retrouve entouré de toute sa famille, installés devant une nappe remplie de nourriture. On fait donc la connaissance de ses deux frères et de ses quatre neveux. On essaie de partir mais ils insistent pour qu’on mange le plov. On sait très bien que si l’on accepte, on va se retrouver à dormir là. Alors on arrive à refuser de la manière la plus polie possible. Toute la famille nous raccompagne au camping-car. On peut enfin repartir vers le bivouac que l’on a repéré !

5 thoughts on “Vallée d’Anzob et lac Iskanderkul

  1. Cette fois la famille qui nous a ouvert sa porte était vraiment très très modeste. Mais une fois de plus nous nous sommes fait accueillir comme des rois, à hauteur de leurs moyens ce qui fut très touchant.

  2. Incroyables ces rencontres malgré la barrière de la langue et les cultures différentes ! C’est toujours aussi époustouflant de voir cette générosité et cet accueil.

    1. Nous avons été très touchés de l’accueil qui nous a été fait. Ça fait du bien de rencontrer du monde et de partager simplement un moment avec une famille !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.