L’Altaï russe

Nous revoilà dans les montagnes ! Le paysage est superbe. On voit de nombreux sommets enneigés. Ça donne envie 🙂

On n’a pas de programme défini. On en profite donc pour souffler après l’époustouflante Mongolie.

On commence par le ravitaillement. Quand on entre dans le supermarché, on a envie de tout acheter. On n’a pourtant manqué de rien en Mongolie, mais ça commençait à être sérieusement monotone niveau nourriture …

Pour notre première soirée, on trouve un super bivouac près d’un petit cours d’eau. Très agréable, on n’entend que le clapotis de l’eau. Et puis ce soir, c’est fête. On cuisine de la pizza !

Pour le second jour, on cherche un camping pour se faire enregistrer. Comme la première fois, on ne sait pas si c’est obligatoire. Mais tous les camping que l’on voit n’ont pas la possibilité de le faire. Tant pis, on continue.

Ce n’est pas tellement différent de ce qu’on a vu en Mongolie. Ça reste très sauvage, c’est très agréable.

On passe le col de Seminsk. En haut, tout un tas de vendeurs de “souvenirs”. Il y a également un centre d’entraînement olympique. Pas très accueillant. On ne s’attarde pas.

De l’autre côté du col, ça change littéralement. Tout le long de la route, des camps de vacances en construction. Un midi, on se trouve une “aire de repos”. Manque de bol, on est sur un terrain de camping. La gérante débarque pour nous réclamer de l’argent. Elle parle dans un Allemand très correct. On fait d’abord semblant de ne pas comprendre. Quand elle sort un billet de 100 roubles, je commence à tout remballer. Elle me dit de laisser tomber “mit Kinder » …

On atteint Chemal. Encore une fois, on est loin de la steppe sauvage. Difficile de trouver un coin tranquille pour dormir, il y a des campings tout au long de la rivière. Finalement on déniche un coin en bordure de route. Le lendemain, on croit pouvoir traverser la rivière mais on se retrouve face à un pont payant ! Tant pis, on fait demi-tour. Sur un chemin grouillant de touristes, on fait une petite promenade. Le sentier mène à un nouveau marché à “souvenirs », de l’accrobranche, du saut à l’élastique. On trouve quand même un coin tranquille pour un pique-nique au bord de l’eau. Et on échappe de peu à l’orage ! Sur le retour, on croise la Gipsy Family. Une famille française vivant en Australie. Ils sont sur les routes depuis trois ans avec leurs quatre enfants. Ils sont très proches du retour (qu’ils n’appréhendent pas du tout). C’est un bon moment d’échange avec eux. L’occasion aussi pour Hanaé de jouer avec des enfants parlant la même langue qu’elle. Ça lui fait du bien. Et puis on s’accorde un moment de détente à la piscine : jacuzzi, bain d’eau chaude, sauna, hammam, toboggan. Et surtout, douche à l’eau chaude, ça faisait longtemps !

On continue d’avancer. On retrouve assez vite les villages russes qu’on a connu lors de notre première traversée. C’est d’ailleurs dans un de ces villages qu’on rencontre un couple d’apiculteurs. Lui nous montre avec plaisir ses cent ruches. Elle s’émerveille devant les enfants. On repart avec un peu de miel en rayon. L’occasion de se documenter sur la fabrication du miel 🙂

Et puis, il est temps de se diriger vers la frontière. On s’arrête pour une dernière visite à Kinomir. Et un dernier resto pour écouler les roubles restants. L’occasion d’une délicieuse “crème glacée avec légende” en dessert.

Il nous reste 350 km avant la frontière. On espère se rapprocher rapidement. C’est sans compter sur la qualité de la route. On avance difficilement et Simon  doit faire la vidange. On dort un peu moins de 200 km de la frontière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.