Mongolie, le bilan

Faire un bilan de notre passage en Mongolie … Pas facile …

Les paysages sont magnifiques. C’est très sauvage. Ça fait beaucoup de bien de voir ces grandes étendues « vides ». On n’a eu aucun mal à trouver de quoi bivouaquer. Le soir, quand on se posait, les enfants pouvaient sortir et jouer sans qu’on ait besoin d’être derrière eux en permanence. Ils étaient très contents de voir un tas d’animaux en liberté.

Les gens que nous avons rencontrés sont d’une extrême gentillesse. Même s’ils ne parlent pas anglais et nous pas russe, ils n’ont pas hésité à venir à notre rencontre, nous inviter à partager le thé, etc. Dans la plupart de nos galères sur les pistes, nous avons toujours trouvé du monde pour nous aider quand nous en avons eu besoin.

On sent aussi que le pays est en plein développement. Les routes sont en construction. Nous sommes partis avec un guide papier : Mongolie, les plus beaux itinéraires en 4×4, moto et camping-car

Il nous a été très utile. Il est complet, autant sur les itinéraires proposés que sur les informations sur le pays. Ce guide est paru il y a deux ans, et déjà beaucoup de routes ont été goudronnées depuis. Bien entendu, il y a encore beaucoup de pistes, mais ça permet de garder le petit côté aventure sauvage qui nous plaît ! Nous ne nous sommes jamais vraiment perdus. Nous avons perdu la piste pour aller dans le désert, mais nous nous en sommes finalement pas si mal sortis que ça. On a beaucoup « couru ». Comme il est difficile d’évaluer le temps de route, on n’a pas vraiment soufflé.

On a été étonnés de la quantité de Prius. C’est sans aucun doute là voiture la plus répandue. Par contre, on se demande encore comment ils arrivent à ne pas flinguer leur batterie en hiver …

Côté ravitaillement, aucun problème. Pour le carburant, nous avions rempli nos jerricans et nous n’en avons pas eu besoin (sauf pour passer la frontière vers la Russie). Nous n’avons pas eu de mal à trouver de l’eau. Soit dans les maisons de l’eau, soit dans les lacs ou rivières. C’est plus au niveau de la nourriture que ça a été un peu plus compliqué. Peu de fruits et légumes, mais nous n’avons pas fait non plus d’overdose de mouton comme on l’a lu partout. On a acheté un pack d’eau, on a été surpris de constater qu’il s’agissait d’une eau « Coca-Cola ». À croire qu’ils ont un bon monopole !

On sent que niveau écologie, les mongols ont encore du chemin à faire. Même dans les coins les plus reculés, on trouve des déchets par terre. Pour les poubelles, il y a une décharge publique dans les villages. Tous les déchets sont ensuite brûlés à ciel ouvert. Ça nous a fait un peu mal au cœur de jeter nos poubelles parmi ces monceaux d’ordures …

Et pour finir, une question de chiffres. Nous surveillons de près notre budget. Pour le gérer, j’utilise une application mobile : wallet. Dans la version gratuite, on peut gérer jusqu’à trois comptes. Il est possible de la lier directement avec les comptes en ligne. Cependant, je préfère pointer moi-même les dépenses que nous faisons. Pour chaque dépense, on peut bien entendu la catégoriser. Il est possible de rajouter des catégories. Enfin, pour le petit côté pratique, on peut choisir la devise pour chaque transaction. Le taux de change est soit récupéré dynamiquement quand on a du réseau, ou entré à la main quand on rajoute la devise. Bref, ça nous convient parfaitement.

Du coup, j’ai quelques chiffres pour notre bilan financier.

CatégorieTotalProportion
Carburant616€44%
Alimentation272€19%
Visas258€18%
Entretien du véhicule173€12%
Loisirs - visites35€2%
Vêtements - chaussures18€1%
Gaz10€<1%
Téléphonie9€<1%
Autoroute4,17€<1%

Sans grande surprise, c’est le carburant qui arrive en premier dans nos dépenses. Puis l’alimentation et les visas. Côté visites, on n’a pas fait de choses exceptionnelles, mais ce n’était pas très cher (balade à cheval, tour en chameau, sources d’eau chaude, musée). On s’est fait surprendre par les « péages » à chaque entrée/sortie de ville. Ce n’est pas très cher à chaque fois, mais c’est toujours un peu pénible. Nous avions prévu 2300€ par mois, nous sommes en dessous du prévisionnel pour le moment.

En somme, nous avons tous été sous le charme de ce pays.

4 thoughts on “Mongolie, le bilan

  1. J’ajoute quelques faits marquants :

    – malgré ces grandes étendues vierges moins de 1% des terres sont cultivées.

    – à part quelques céréales, la Mongolie ne produit quasiment rien. Tous les produits sont importés (principalement de la Russie).

    – l’économie mongole est entièrement basé sur l’exploitation des sols (charbon, or, cuivre). Les investissements chinois dans ce secteur sont importants.

    – La Mongolie est le pays à la densité de population la plus faible au monde, et 50% de la population vie dans la capitale à Ulan-Bator.

    – Ulan-Bator détient le triste record de la ville la plus polluée au monde …

  2. et au niveau sanitaire, politique et droits de l’homme ? … car je soigne actuellement une jeune réfugiée politique mongole ? …
    bisous

    1. Niveau sanitaire, on pense qu’il y a fortune à faire pour les diététiciens et dentistes. Ils mangent énormément de sucreries et ne semblent pas connaître la brosse à dents. Même les bébés ont droit à des bonbons … Un plaisir pour Hanaé. Difficile de la restreindre quand elle se voyait offrir des bonbons à tout bout de champ ! (Pas mieux pour Mathis d’ailleurs)
      Ils ont aussi l’habitude de laisser les cadavres d’animaux (ou d’humains, mais on n’a pas vu) à même le sol. Donc ça doit bien aider à véhiculer des maladies.
      Et enfin, niveau politique, il faut avouer qu’on ne s’est pas penchés sur la question. Elle doit en savoir plus que nous 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.