Le Naadam, c’est quoi ?

Le Naadam (jeu, en mongole) est un évènement festif qui célèbre l’indépendance de la Mongolie  vis à vis de la Chine en 1921.

Il s’organise autour de trois jeux traditionnels mongols : le tir à l’arc, la course de chevaux et la lutte. Ces jeux trouvent leur origine dans les combats militaires et on attribue à Gengis Khan l’organisation du premier Naadam.

La lutte est réservée aux hommes. Ils portent uniquement une (couche-)culotte et un petit gilet ouvert sur le devant. La légende dit que la poitrine est découverte pour être certain que les femmes ne puisse pas participer. Le but est que l’adversaire touche le sol avec autre chose que les pieds ou les mains. Avant chaque combat, les participants confient leur chapeau à leur entraîneur. Il exécutent ensuite une danse dite de l’aigle pour se purifier et montrer leur musculature au public. Il n’y a pas de catégorie de poids. Les combats peuvent donc durer quelques secondes mais aussi de longues minutes.

Le tir à l’arc est mixte. Il se pratique en équipe de dix archers. Chaque participant possède quatre flèches. Les équipes doivent atteindre 33 fois la cible. Les cibles sont différentes de celles que l’on connaît. Il s’agit de petits cylindres de bois placés les uns à côté des autres, formant un mur de 20cm de haut sur 1,5m de large.

Les courses de chevaux sont des épreuves d’endurance sur une distance de 10 à 26km. Les cavaliers sont des enfants de 5 à 13 ans. Les enfants sont entraînés par leur père ou leur grand-père pendant de longs mois avant la course. Mais le but de cette course est plus de tester l’habileté et l’endurance du cheval. Il arrive donc que le cheval franchisse la ligne d’arrivée seule sans qu’il ne soit disqualifié pour autant.

Ce qui est intéressant, c’est l’ambiance qui règne autour du stade. Les mongols revêtent pour l’occasion leurs plus beaux habits traditionnels.

Nous avons eu l’occasion de partager ce moment avec la famille qui nous a accueilli la veille. Nous avons vu le seul et unique combat de lutte du fils aîné. En effet, il a été éliminé dès son premier combat 🙁

Hanaé a enfin pu faire des jeux gonflables, depuis le temps qu’elle nous tânait à chaque fois qu’on en croisait. Simon s’est essayé au tir à l’arc. Sur cinq flèches, il n’atteint qu’un seule fois la cible ! Nous dégustons des khouchours, ce sont des beignets à la viande de mouton qui sont fabriqués en grande quantité à l’occasion du Naadam.

Nous prenons congé de nos amis d’une journée. Non sans avoir fait une série de photos. Très difficile pour Hanaé de se séparer de sa copine, les larmes coulent !

Nous nous dirigeons vers le champ de course à quelques kilomètres de la ville. On voit les cavaliers se préparer.

Les enfants dorment, on en profite pour rouler vers le temple bouddhiste d’Amarbayasgalant.

2 thoughts on “Le Naadam, c’est quoi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.