Berlin

On ne s’arrête presque pas entre Nuremberg et Berlin. On roule une bonne partie de la journée. C’est pour le goûter que nous nous arrêtons pour « visiter » un sanatorium laissé à l’abandon. Les panneaux indiquant en gros « VERBOTEN », ne donnent pas trop envie …. Je reste sur le chemin avec les enfants pendant que Simon essaie de rentrer dans les bâtiments.

Et puis on arrive à Berlin en début de soirée. Cette halte, c’est aussi l’occasion de revoir K-Pot. Le temps d’un pique-nique au bord du Plötzensee. On échange sur nos projets, les siens. Il nous donne quelques idées de quoi faire en ville.
C’est donc bien décidés que nous sommes partis le matin. Ca s’annonce mal. Déjà au bout de quelques mètres, Hanaé refuse de marcher. On insiste un peu. Simon la prend finalement sur les épaules jusqu’à l’arrêt de bus. On se dirige vers la porte de Brandburg. On récupère une carte de la ville. On tente de déjeuner dans le Tiegarten, mais vu notre désorganisation, c’est la débandade. On n’a pas le temps de se poser pour regarder la carte et pouvoir réfléchir à ce qu’on va faire, les enfants sont sans arrêt en train de faire n’importe quoi ! Finalement on arrive quand même à voir :

  • le mémorial aux juifs assassinés
  • les derniers « vrais » bouts de mur (ceux qui n’ont pas été déplacés)
  • checkpoint Charlie (ambiance vraiment très spéciale)
  • Gendarmenmarkt (deux églises jumelles : une protestante et une catholique)
  • le mémorial au 10 mai 1933
  • le Berliner Dom

Le tout sous les plaintes incessantes : « j’ai faim », « je suis fatiguée », « j’ai chaud », « je veux prendre le métro », « je veux rentrer au camping-car » … Finalement, une glace fraise-vanille (et une bière pour nous) lui fait entendre raison.
C’est en métro effectivement qu’on revient au camping-car. On range en vitesse et on cherche un coin pour dormir au plus près de la frontière polonaise. Sur la route, on s’arrête pour cueillir des cerises. Pratique d’avoir un véhicule haut !


Une journée bien remplie. Note pour les prochaines visite : préparer un peu mieux et trouver un truc pour faire avancer Hanaé.

2 thoughts on “Berlin

  1. Les Berlinois savaient que vous veniez ? Ils ont placé le panneau Mont Blanc pour que vous sachiez combien de km vous aviez faits ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.